Nom : Terres Rouges État : Vers une démolition  Année de visite : 2011  Intérêt : 4/5


Voilà sûrement un des spots industriels les plus connus de l’urbex dans notre partie de l’Europe. Construit au milieu du XXème siècle, le lieu est abandonné à la fin des années 90. Si on peut s’attendre à ne pas voir grand-chose dans ce spot, on peut dire que c’est bien le contraire. Si certes, le lieu est recouvert de tags et graphs un peu partout, toute la structure est en place et même certains documents sont sur le lieu. Assez incroyable à imaginer vu le temps d’abandon du site. On peut donner trois parties au site. La première est une halle. S’il n’y a pas forcément beaucoup de choses à voir dans cette partie-là, il y a tout de même un point de shoot avec de l’eau vraiment sublime. La deuxième quant à elle, est une sorte de rue avec plusieurs bâtiments. Il faudra s’approcher des portes pour les ouvrir simplement et tomber sur des bâtiments à visiter. Il faudra néanmoins faire attention, car une partie de ces bâtiments est encore utilisée par une entreprise.

La dernière partie, est la plus intéressante. La centrale en elle-même. Vraiment éloigné de la première partie, il est assez drôle de voir qu’on peut y accéder avec un simple escalier qui borde la route. Comme il est dit plus haut, ce bâtiment comporte encore de nombreuses machines réparties sur différents étages. La cerise sur le gâteau reste le toit qui nous permet de découvrir les cheminées du bâtiment et une superbe vue sur la ville. À l’heure actuelle, la centrale est sujette à la démolition. Si une partie des machines a commencé à disparaître, on remarque que le site est de plus en plus changeant. Entre les barrières qui sont présentes, les entrées qui commencent à être bouchées ou cachées, on imagine que les travaux approchent petit à petit. Dans tous les cas, si on ne sait pas vraiment encore quand tout ça commencera vraiment, ça reste une évidence qui a été annonce début 2011.

MAJ Janvier 2012: Après un retour sur le site, je déconseille ce spot. Squatté, dégradé et pillé, il n’est plus bon de s’y rendre.

Hit enter to search or ESC to close