Top
  >  Urbex et Patrimoine   >  En bas   >  Le Bunker de la Gare de l’Est

Nom : Le bunker de la gare de l’Est  État : Inutilisé Année de visite : 2013


Le bunker de la Gare de l’Est se cache, comme son nom l’indique, sous la gare de l’Est elle-même ! Construit en 1939, au début de la seconde guerre mondiale, il avait pour rôle de gérer les départ des trains en cas d’attaque ennemie, mais aussi, de communiquer les autres gares de la ville de Paris. D’une superficie de 120 m2, il peut abriter jusqu’à 70 personnes. Hélas, le lieu n’a pas vraiment eu le temps de servir aux français. Pendant la conquête de Paris par les allemands, il a été trouvé facilement et devint un bunker allemand. Je vous propose de découvrir ce lieu incroyable en quelques photos.

Les points d’entrée du Bunker de la Gare de l’Est

Le bunker de la Gare de l’Est dispose de cinq entrées. Les quatre premières se trouvent directement sur les quais 3 et 5. Ce sont des sortent de plaques qui, une fois ouvertes, laisse place à un escalier donnant accès au souterrain. La dernière entrée est un peu plus discrète. En effet, elle se situe directement dans les parking de la gare de l’Est. J’ai eu la chance d’utiliser une entrée sur un des quais et celle du parking. Les deux sont intéressantes pour se plonger directement dans le vif du sujet.

Les salles du Bunker

Le lieu est composé d’une dizaine de pièce. Aucune n’avait vraiment vocation à faire vivre des gens, contrairement à un abri de défense passive, on était là pour travailler. Parmi ces salles, on peut remarquer le centrale téléphonique qui permettait de contacter l’ensemble des gares de Paris, mais aussi, grâce aux autres gares, l’ensemble des gares de la France entière ! Lors de la seconde guerre mondiale, c’est le les cheminots de la SNCF qui viennent ici. En effet, à ce moment-là, la SNCF devient le service militaire des chemins de fer, ce qui fait que l’ensemble des cheminots sont alors des militaires.

La centrale à pédale de la Gare de l’Est

Si ils ont, pour beaucoup, disparu, il est possible de trouver dans plusieurs bunker et abris parisiens des vélos. Dans le bunker de la Gare de l’est, on en trouve deux ! Ces vélos n’étaient pas là pour permettre aux occupants de se promener entre les salles du bunker, mais avaient un rôle assez stratégique. En effet, en cas de panne d’électricité, un homme pouvait monter sur un des vélos et utiliser le pédalier pour assurer la ventilation du site. Encore utilisable aujourd’hui, on peut entendre, dès le premier coup de pédale, les soufflantes résonner dans toute la pièce.

Le centre de commande

Comme indiqué, le but premier du lieu était de permettre aux trains de continuer à circuler en cas d’attaque. Afin de mener à bien cette mission, une salle a été mis en place dans le bunker de la gare de l’Est. Aujourd’hui, on peut trouver dans cette salle quelques archives sur le lieu. Des plans, retrouvés dans la gare (il n’était pas présent dans le bunker), ont été disposés là.

Les portes du Bunker de la gare de l’Est

Pendant la seconde guerre mondiale, il y avait une vraie phobie des attaques aux gaz. Le bunker a donc été construit de façon à être totalement étanche et à ne laisser faire passer aucun gaz à l’intérieur. Si cela n’a pas vraiment été mis en application pendant cette guerre, les portes du lieu ont néanmoins été conçus dans ce sens. On se retrouve donc dans un lieu qui peut être solidement barricader.

Comment visiter le Bunker de la gare de l’Est?

Le Bunker de la gare de l’Est n’est pas ouvert au public. Néanmoins, la SNCF ouvre de temps en temps le lieu lors des journées du patrimoine ou de Paris Face Caché. Les places s’envolent assez vite et le nombre de visiteurs est très limité. Les photos de l’article sont issues de deux visites, une en 2013 et une en 2019. Suite à des travaux pour accueillir dans de meilleur condition le public, les lumières d’époque, visible encore en 2013 ont été remplacées par des lumières plus froides. C’est ce qui explique les différentes ambiances dans les photos.

Découvrir d’autres bunker :

Photographe plutôt curieux, je suis à la recherche d'un autre regard sur la ville et avec une démarche portée sur le patrimoine. J'explore des lieux oubliés ou difficiles d'accès et j'en rapporte quelques souvenirs en photo.

post a comment