Test du trépied Manfrotto MKC3-H01

Depuis que j’ai commencé la photo, le trépied est pour moi un véritable problème. Hé oui, l’exploration urbaine, ce n’est pas toujours facile. Entre les trépieds qui lâchent faute à des passages difficiles ou des bouts que je perds sur certains lieux, j’ai eu en moins de deux ans 4 trépieds différents. Lorsque mon troisième trépied a atteint sa fin de vie, j’ai décidé de bien réfléchir et d’en acheter un qui correspondait au mieux à mes besoins. C’est-à-dire un trépied petit et léger, qui peut tout de même atteindre une certaine taille. Enfin, je souhaitais aussi avoir une rotule. Après avoir fait une sortie avec un ami, j’ai pu remarquer qu’il utilisait un modèle qui me convenait sur plusieurs points. Ce modèle, c’est le Manfrotto MKC3-H01. Après avoir craqué dessus et tourné plus de 6 mois avec, voilà mon retour sur ce produit.

Très petit une fois replié, il se transporte facilement.

Trouvable facilement pour une soixantaine d’euros, ce modèle a plusieurs avantages. Tout d’abord sa taille. Replié, il mesure moins de 50 centimètres. Il peut donc se glisser facilement dans un sac ou rester à portée de main sans trop gêner. Une fois déplié, il atteint plus de 1,5 mètre. Une taille qui n’est pas forcément très grande, mais qui suffit pour la plupart des clichés que j’ai dû prendre. Néanmoins, on remarque que les pieds une fois étirés au maximum sont très fins. Cela peut donc poser problème sur des toits où le vent peut souffler plus fort qu’en surface ou en sous-sol. Le modèle n’est pas donc pas forcément à conseiller pour les plus aériens. Ceci dit, sur l’ensemble des toits visités, je n’ai pas forcément eu des problèmes, mais le vent n’était pas au rendez-vous. Je préciserai aussi que le tout se déplie et replie rapidement et facilement.

Une fois dépliés, les pieds semblent trop fins pour les toits

Sur mes trois trépieds qui ont précédé celui-là, je n’avais pas de rotule 3D. Ce système m’intéressait particulièrement et ce modèle en est justement équipé. Très vite on s’adapte et ça très simplement. Positionner son appareil comme on le souhaite devient un jeu d’enfant. Petit point noir à noter. Il est impossible de positionner le système pour prendre en photo des plafonds comme dans la photo ci-dessous (MAJ Août 2013 : Il est possible de prendre des photos du plafond, mais on ne pourra alors pas avoir accès à la manette de la rotule. Ce n’est pas forcément très agréable, mais au moins c’est possible. Merci à Pligii de me l’avoir signaler). Cela peut poser un vrai problème dans l’exploration urbaine où les escaliers sont souvent la proie des photographes. Sinon, aucun autre problème. L’appareil se fixe facilement et le poids supporté est supérieur à 1,5kg. J’utilise principalement un D7000 et des objectifs plus ou moins lourds. Le matériel n’a jamais montré de difficulté. Un bon point !

Cette photo n’est pas réalisable avec le trépied.

_______________________________________________________________________________________________

Au final, le Manfrotto MKC3-H01 s’adapte plutôt bien à l’exploration urbaine. Facilement transportable, il se manipule facilement et se met en place rapidement. On regrette principalement les pieds un peu trop fins et la rotule qui n’est pas toujours adaptée pas certaines actions. Vendu autour de 60 euros, le rapport qualité-prix est bon. Un trépied que je conseille.

_______________________________________________________________________________________________

+ La taille quand le trépied est plié / Le prix / On déplie et replie rapidement le matériel / Aucun signe de faiblesse depuis son achat (Plus de 6 mois au moment de l’article)

_______________________________________________________________________________________________

 – Les pieds qui semblent fragiles / La rotule qui ne permet pas certaines actions / Pas de crochet au bout / Pas de housse vendu avec

_______________________________________________________________________________________________

 

Hit enter to search or ESC to close